Avant-propos

Pré Carré est une revue critique et théorique consacrée aux bandes dessinées.

  • Le sommaire et quelques pages de chaque numéro publié se consultent à la rubrique Parutions
  • Si vous souhaitez obtenir un ou plusieurs exemplaires de la revue, toutes les informations sont sur notre page Commande.

Note : Pré Carré est présent sur les salons de St Malo (Quai des bulles, du 28 au 30 octobre) et d’Angoulême.

Une des ambitions de Pré Carré, outre de faire découvrir à ses lecteurs — sans souci d’actualité — quelques champs de la création majoritairement ignorés du public, est de faire de la critique et de la théorie elles-mêmes un cadre de l’expérience : expérience des formes mêmes de l’écriture théorique, expérience du décloisonnement épistémologique apporté par des angles de vue et des cadres de recherche inattendus, expérience de la bande dessinée par des méthodes inédites, par la singularité des objets que les auteurs se donnent à explorer, expérience de la revue elle-même comme cadre collectif par la rencontre de rédacteurs d’horizons disciplinaires hétérogènes.

La revue rassemble :

  • des études consacrées à des objets précis (livres, processus d’écriture, machines narratives, dessin, points d’histoire, etc.) mais elle ne se refusera pas l’abandon à des objets flous, hasardeux, composites.
  • des planches de bandes dessinées étendant le champ de l’interrogation critique au-delà du seul texte.
  • des rubriques régulières qui constitueront pas à pas des objets critiques et théoriques protéiformes. Entre autres choses, des auteurs y seront invités à aborder sous un angle théorique leur propre travail.

Penser imprudemment, risquer le foirage, l’errance, l’incongruité, ne mettre aucun frein aux rédacteurs, préférer la possibilité d’un cul-de-sac à l’emprunt des pistes déjà explorées ailleurs, accepter la dissonance théorique entre nous quand elle se présente et la tenir comme enjeu supplémentaire pour écrire d’autres textes, tout ceci nous semble constituer, pour la création d’une revue, un impératif minimum. Sinon, à quoi bon ?